Quelques conseils pour l’autoédition d’un livre en 6 étapes!


Tu as écrit un livre et malgré tes recherches, tu n’as trouvé personne pour l’éditer? Tu as quand même envie de continuer ton projet jusqu’au bout et de t’éditer par toi-même? Tu as le courage, la volonté et l’ambition de mener ton projet à terme? Voici donc quelques-uns de mes conseils :

Étape 1 : Enregistre ton livre avec un code isbn. Voici le lien pour enregistrer un livre : ici. Il est important de t’enregistrer. Ce code confirme que ton livre existe bel et bien. De plus, il est obligatoire si tu veux des subventions, avoir ton livre dans les bibliothèques, être distribué dans les librairies ou pour te trouver un distributeur.

Étape 2 : La correction. Tu dois faire appel à un correcteur, rédacteur ou réviseur professionnel. Il en existe sûrement un très bon dans ta région, tu n’as qu’à faire une recherche rapide sur l'ACR. Je sais que c’est tentant de faire appel à quelqu’un de notre entourage qui connaît bien le français, mais faire appel à un pro est vraiment une nécessité. Toute la crédibilité de ta démarche va reposer là-dessus. Un texte bourré de fautes n’est pas agréable à la lecture. Même quelqu’un de très bon peut en laisser passer quelques-unes et ce serait vraiment dommage pour ton projet. En faisant appel à un professionnel, celui-ci peut même t’aider à la reformulation de certains mots ou passages. Il ne faut jamais sous-estimer la puissance d’un mot! La modification d’un simple d’entre eux peut transformer une phrase boiteuse en véritable chef-d’œuvre de la littérature française.

Étape 3 : Les illustrations ou photos de la couverture. Tous les livres possèdent une couverture. Pour se démarquer, il faut savoir penser de façon marketing et créer un visuel qui attirera le lecteur. Si tu recherches une illustration, je t’encourage fortement à faire appel à un illustrateur professionnel. Je te suggère ce site web : illustration Québec. Tu peux regarder les portfolios des artistes et regarder si leur style convient à ton projet. Sinon, si tu recherches une photo, tu peux consulter un photographe professionnel. Il existe aussi des sites web de banque d’images comme Fotolia ou Istock. Il faut cependant bien lire et respecter les droits d’auteur et normes de diffusion avant de procéder à l’achat.

Étape 4 : Le montage graphique. Pour assembler ton livre, il te faudra travailler avec un graphiste. C’est lui qui met la touche finale au livre. Création de la table des matières, numérotation des pages, petit mot de l’auteur, lettrine et début de chapitre, trouver une typographie pour le texte, indiquer les crédits et numéro d’isbn, résumé au dos, création d’un logo pour le titre, etc… Encore une fois, je te suggère de travailler avec un graphiste reconnu qui saura donner une touche professionnelle à ton projet.

Étape 5 : L’impression. Tu dois trouver un bon imprimeur pour qu’il procède à l’impression de ton livre. Tu peux demander à ton graphiste de t’aider dans ta recherche. Il connait peut-être de bons fournisseurs. Lorsque tu as ciblé quelques imprimeurs, tu leur demandes une soumission afin d’obtenir un prix. Tu dois déterminer le tirage (nombre de livres que tu souhaites imprimer), le type de papier, la reliure (allemande, brochée, etc.), impression couleur ou noir & blanc. Plus tu feras imprimer de copies de ton livre, plus le prix à l’unité diminuera. Cela peut sembler être une bonne idée de faire imprimer une grosse quantité de livres, cependant, c’est un piège que j’aimerais te faire éviter. Oui, imprimer 5 000 copies de ton livre te reviendra moins cher à l’unité que 500 copies… mais, ce n’est pas réaliste de vouloir vendre 5 000 copies d’un livre… Surtout, s’il n’est pas distribué en librairie… Au Québec, un livre doit être vendu à 3 000 exemplaires pour pouvoir porter le titre de best-seller. Environ 20 livres québécois arrivent à franchir ce cap par année. Voici donc mon conseil : imprime une plus petite quantité. Si ton livre se vend bien, tu pourras toujours le faire réimprimer. Voici des imprimeurs qui me semblent intéressants pour de petits tirages : Rapido Livres ou Blurp.

Étape 6 : La promotion. Tu as un beau livre tout neuf entre les mains : Félicitations! Maintenant, il est temps de le faire connaitre à ton public! Le premier moyen facile et pas trop cher est bien certainement la promotion par les médias sociaux. (Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat, LinkedIn…) Pour quelques dollars sur Facebook, tu peux aussi te payer de la publicité ou promouvoir tes publications. Ta stratégie marketing va dépendre de ton objectif (augmenter ton nombre de like, accroitre ta notoriété, faire des ventes, trouver des gens qui s’abonne à ton infolettre, etc…). Une autre possibilité est de te créer un site web (ou une landing page) pour ton livre avec une plate-forme transactionnelle (boutique en ligne). Je te suggère, encore une fois, d’aller voir un professionnel qui pourra t’aider dans cette démarche. Si toutefois ton budget est restreint et que tu désires faire tout ça par toi-même, il existe des sites Web de base comme Wix, WordPress , Votresite.ca, Leadpages. Certaines options sont toutefois payantes (hébergement, nom de domaine, e-boutique…), mais c’est quand même abordable. Je te suggère de rester dans un style simple et sobre pour éviter les faux pas de design. Il existe aussi des sites de regroupement d’artistes/artisans comme Etsy. L’utilisation est très facile et il y a une grande communauté d’artisans québécois présents sur ce site web. Cependant, je te conseille Etsy seulement si tu as beaucoup d’articles à vendre, car il va être difficile pour toi de te démarquer parmi une concurrence internationale si tu n’offres qu’un seul livre. Je te suggère aussi de faire une petite recherche et de t’inscrire dans divers organismes culturels de ta région. (Culture Centre-du-Québec, nosartistes.ca, créateursd’ici, etc…) La plupart sont gratuits pour y être membre. Il ne faut jamais négliger la force du réseautage! Sinon, hormis le web, il y a aussi les expositions, salons, foires et tout autre événement culturel auquel tu devrais t’inscrire. Trouve des expositions de Noël ou des petites foires d’artisan de ta région pour commencer.... Voici une liste d’expositions que je connais : Puce pop, Marché des curiosités, Salon Faap, Marché des possibles, Le printemps des artisans, Salon nouveau Genre… Ensuite, tu dois te monter un kiosque (nappe, table, présentoir, affiche, cartes d’affaire, etc…), préparer des arguments de vente, te différencier de tes concurrents, etc… Pour les salons du livre d’envergure, tu dois être affilié à une maison d’édition pour pouvoir y participer comme exposant. Les auteurs autoédités ne sont pas admis dans la plupart des cas. La seule exception que j’ai vue est au Salon du livre de Trois-Rivières qui offrent une table pour les auteurs ‘’autonomes’’ de la région. Aussi, une autre façon de faire de la promotion est d’organiser un lancement de livre. Les bibliothèques sont parfaites pour ce genre d’événement (et gratuit!). Encore mieux, tu peux composer un communiqué de presse et l’envoyer au journal local de ta région. Avec un peu de chance, un journaliste viendra couvrir ton lancement de livre et tu auras un bel article dans le journal. Si tu as de l’audace, tu peux présenter ton livre aux stations de radio ou aux télévisions communautaires. Si tu as de la ‘’plug’’ et que tu connais quelqu’un dans ce domaine, c’est encore mieux. Tu peux aussi approcher les librairies indépendantes pour qu’ils offrent ton livre en consignation. Cependant, tu devras leur verser une commission sur chaque livre vendu. La dernière idée qui me vient à l’esprit pour faire de la promotion est de créer des produits dérivés de ton livre : signet, crayon, dessin à colorier, guide pédagogique… Pour les livres jeunesse, il peut même être amusant de créer des figurines, marionnettes ou peluches de tes personnages.

Un dernier point que je n’ai pas exploré : Il s’agit des livres numériques, les « E-book ». Il existe des maisons d’édition spécialisées en livre numérique. En plus de complètement couper l’étape de l’impression, tu peux modifier ou améliorer ton histoire en tout temps puisque celle-ci est virtuelle. Si toutefois tu veux rester le maître de ton projet, tu peux te créer un site web et offrir ton livre numérique à télécharger en échange d’une rémunération. Cela peut être un bon moyen de débuter, tester des styles ou te construire une banque de nom pour une infolettre.

Voici donc mes quelques conseils. Si tout ce que tu viens de lire t’effraie, l’auto-publication n’est peut-être pas fait pour toi. Il s’agit d’un travail de longue haleine et tu devras travailler très fort. Toutefois, si tu es motivé et que tu veux aller dans cette voie, je te souhaite le meilleur succès du monde!

Mes trucs t’ont aidé ? N’hésite pas à me laisser tes commentaires. Il me fait toujours plaisir de partager mes trucs et mes expériences.

Vous aimerez aussi : 

Pourquoi ton logo est laid ? (Voici quelques trucs pour éviter le pire !)

Incroyable mais vrai : Oui, tu peux réaliser ton rêve d’être auteur !

Mélanie Grenier

melaniegreniergraphiste@gmail.com

Tél: Disponible sur demande

 

  • Facebook
  • Blanc Twitter Icon
  • LinkedIn
  • Instagram