Monfermierrose.jpg
Mon fermier rose
press to zoom
Mon fermier rose
press to zoom
Mon fermier rose
press to zoom
Mon fermier rose
press to zoom
Mon fermier rose
press to zoom
Mon fermier rose
press to zoom
1/1

MON

FERMIER

ROSE

Éditions ADA

Roman adolescent

Pour les 14 ans et +

216 pages

Parution: 12 novembre 2020

Je m'appelle Pierre. Ouais... Je le sais, ce n'est pas vraiment beau. Je n'ai jamais aimé mon prénom. Je commence le secondaire 5, et malheureusement pour moi, ma vie est déjà toute décidée à l'avance. Il a été convenu que je suivrais les traces de mes aïeux : comme mon arrière-grand-père, comme mon grand-père, comme mon père, je serai un fermier ! D'accord, on va dire « agriculteur », c'est plus joli... Mais moi, dans tout ça... Qu'est-ce que je veux vraiment ? Et si la relève d'une ferme, ce n'était pas fait pour moi ?

 

Sous la forme d'un journal intime, découvrez les dilemmes de Pierre, dans lesquels s'entremêlent un père inflexible, une soeur aimante, une mère effacée, ainsi que le beau Mathieu et Capucine, la Holstein toute rouge.

Critiques Goodreads

• Excellente critique de Lurelu

Coup de coeur de la Librairie Sélect

• Excellente critique de la revue

   Les Libraires (éditions été 2021)

• Mention "OUI!" sur le site Web

   "Les libraires"

• Sélection semestrielle 12-17 ans de     Communication Jeunesse

Critique de Sophie Lit

Informations supplémentaires

Thématique du livre

Comme thème, j’ai choisi d’écrire sur la relève agricole, le travail sur la ferme, les vaches, les préjugés du milieu, l’acceptation de soi. J’ai aussi voulu aborder des sujets plus sensibles dont le taux de suicide élevé chez les agriculteurs, l’homosexualité en milieu rural, la pression parentale toxique et les stéréotypes de genre.

Explication du titre « Mon fermier rose »

J'aime bien voir le titre en trois mots distincts. Le «mon» est un mot masculin/féminin. (Le «mon» remplace le «ma» devant un nom ou un adjectif féminin qui débute par une voyelle ou un «H» muet.) En palindrome, il devient «nom». «Mon nom» sont les deux premiers mots du livre. Le mot «fermier» est péjoratif. Il représente le sujet du livre, mais aussi un métier traditionnellement associé aux hommes, tandis que la couleur «rose» est associée aux femmes. 

Pieuvre

Les pieuvres sont très présentes dans la thématique du livre. Huit tentacules pour chacun des caractères de «lgbtq2s+». (Ex : Pierre se déguise en pirate, l’étui à maquillage de sa soeur ressemble à des écailles de sirènes, dessin pour le tattoo de Mathieu, l’encre noir de son crayon, la voiture de sa soeur est une épave, Pierre a peur d’être «ancré» pour toujours sur la ferme, le rêve de la femme du pêcheur, sa mère lui demande de venir essuyer la vaisselle, car elle n’a pas huit bras, etc...)

La couleur rose 

Les expressions avec le mot «rose» sont très présentes dans le texte. (Pierre ne sent pas la rose, être frais comme une rose, etc...) La couleur rouge est aussi souvent mentionnée. (Couleur de Capucine, les tracteurs de Roger, vernis à ongle...) Le choix d'un vernis à ongle de chez Dior n'est pas anodin. De son vivant, Christian Dior cachait son homosexualité. Jeune adulte, il souhaitait devenir écrivain. Cependant, sa mère l’obligea à s’inscrire à l’École des sciences politiques afin qu'il devienne diplomate. L’emblème de la maison Dior est la fleur de muguet. «Muguet» est le nom que j’ai donné au veau de Capucine. 

Apôtres 

Tous les apôtres du Christ sont nommés dans le livre. Judas est mentionné indirectement en page 151 lorsque le personnage ne veut pas «trahir» son père. Femme pieuse, le prénom de la mère de Pierre n’est jamais mentionné pour souligner son effacement.

Pierre Prince

Le nom de famille de mon personnage principal est uniquement dévoilé à la fin. Dans le dictionnaire, le mot prince désigne un héritier de la couronne. J’aimais le lien avec la relève agricole qui se perpétue de père en fils. (Pierre mentionne son cordon ombilical royal, sa soeur se déguise en prince à l’Halloween, etc...)